Laissez un commentaire: Votre commentaire >>>

Écrit par:

Depuis dix ans, nous habitons, mon conjoint et moi, à Piedmont, à flanc de montagne, sur un terrain qui s’étire sur une centaine de mètres de la route jusqu’à notre maison. Parallèle à notre terrain et juste un peu plus haut que celui-ci, se trouve une route privée qui nous donne un autre accès à notre propriété. Et de l’autre côté de cette route privée, il y a cinq propriétés dont l’un des occupants est propriétaire de la route et dont les quatre autres ont évidemment un droit de passage, donc légalement, aussi, des obligations.

Avec l’usure des années, avec aussi les passages de véhicules lourds venus effectués des travaux dans certaines propriétés, au fil du temps, cette route privée se détériorait considérablement, assez pour que des trous se creusent dans l’asphalte et pour que, entrainés par les eaux, descendent, glissent sur notre terrain des déchets, des débris variés : gravier, sable, morceaux d’asphalte.

Pour régler ce problème, nous avons parlé à plusieurs reprises à certains de nos voisins. En principe, ils étaient d’accord pour régler ce problème, mais jamais rien n’allait plus loin que ces courtes discussions. Cela en venait assez frustrant pour nous puisque c’est à pleines brouettes que nous devions régulièrement évacuer tous ces détritus. En outre, nous n’avions aucune idée comment procéder pour régler concrètement le problème.

Au printemps 2011, pour faire avancer les choses, je me suis rendue à l’hôtel de ville de Piedmont, afin de savoir si la municipalité pouvait me conseiller, m’aider à trouver des solutions. On m’a alors parlé de MESURES ALTERNATIVES DES VALLÉES DU NORD et son service de Médiation Conciliation de Quartier.

J’ai donc contacté cet organisme et nous avons rapidement obtenu, avec mon conjoint, un rendez-vous avec une conciliatrice-médiatrice. Cette dernière nous a suggéré une manière de procéder. Il s’agissait tout d’abord de contacter tous nos voisins en leur disant que nous voulions organiser une rencontre dans le but de régler le problème de la détérioration de la rue, et que cela les concernait.

Cette rencontre s’est déroulée chez nous ; trois voisins (dont le propriétaire de la rue) y ont assisté, deux autres voisins étaient absents. La conciliatrice-médiatrice de MESURES ALTERNATIVES a dirigé et animé la réunion de façon à ce que chacun puisse exprimer son point de vue. Elle ne prenait toutefois pas part au débat : c’était à nous de trouver des solutions. Le propriétaire de la rue ayant déjà fait faire des estimations, il nous a proposé deux solutions : refaire complètement la rue ou effectuer des travaux de réfection. Nous avons opté pour cette deuxième solution moins dispendieuse. Un autre voisin ayant accepté de participer financièrement à ces travaux, nous avons donc payé chacun un cinquième du coût total des travaux. Et rapidement ces travaux ont été effectués et notre problème… réglé !

Vivant entourés de voisins, il y a toujours une possibilité que ces derniers fassent quelque chose qui nous dérangent ou que ce soit nous-mêmes qui les dérangions. On a toutefois la plupart du temps uniquement un point de vue : le nôtre. Et ce n’est pas toujours facile d’expliquer ce qui nous incommode, de se faire entendre de ses voisins. Mais souvent il n’est pas plus aisé… d’écouter ses voisins. Dans notre cas, la médiatrice de MESURES ALTERNATIVES a proposé une option concrète, une rencontre qu’elle a animée, afin de créer un climat propice à l’échange, à la discussion, et tout cela a mené à la résolution du problème.

 

Catégories du billet: Nouvelles