450 436 6749 | 1 800 265 6749
17
déc
2013
Laissez un commentaire: Commentaires fermés sur Joyeuses Fêtes de toute notre équipe MAVN!

Écrit par:

noel 2013 - Microsoft Word_2013-12-17_11-47-19

Catégories du billet: Nouvelles

04
déc
2013
Laissez un commentaire: Commentaires fermés sur Article parue dans le cadre de la semaine de la Justice Réparatrice le 18 novembre dernier

Écrit par:

DES JEUNES DÉLINQUANTS RÉPARENT LEURS ERREURS

L’Écho du Nord
Par Kim Nunes
Jeudi 21 novembre 2013

Willyam Martin, 16 ans, a pu compter sur le support de Stephanie Bergeron, intervenante-médiatrice pénale de Mesures Alternatives des Vallées du Nord (MAVN) pour réparer son geste

Willyam Martin, 16 ans, a pu compter sur le support de Stephanie Bergeron, intervenante-médiatrice pénale de Mesures Alternatives des Vallées du Nord (MAVN) pour réparer son geste

 

Dans le cadre de la semaine de la justice réparatrice, le Journal s’est entretenu avec un jeune garçon de 16 ans qui, à la suite d’un délit, a dû purger une peine au sein de la communauté en plus de devoir rédiger une lettre d’excuse à l’une des personnes à qui il a causé du tort.

« Quand je faisais des vols, je ne comprenais pas votre sentiment. Ce que je retiens, c’est que voler, ça fait du mal aux personnes victimes et que ça n’attire que des problèmes. »

Ces mots sont tirés d’une lettre rédigée par Willyam, un jeune homme de 16 ans qui, l’été dernier, s’est fait prendre par les policiers à voler des insignes de voitures. Après une nuit passée derrière les barreaux du service de police de Saint-Jérôme, Willyam a reconnu sa culpabilité devant le procureur, ce qui lui a permis d’obtenir une sanction extrajudiciaire. Cette sanction hors Cour s’est soldée par 60 heures de travaux communautaires et une lettre d’excuses à l’une de ses victimes.

Même si le jeune a reconnu ses torts, il a un dossier au Centre de renseignements policiers du Québec (CRPQ). « Les policiers peuvent voir qu’il a été arrêté et qu’il a réparé son geste », explique Stephanie Bergeron, intervenante-médiatrice pénale chez Mesures Alternatives des Vallées du Nord (MAVN), un organisme voué au développement et à la consolidation de mécanismes alternatifs et continus de règlements des différends.

Purger sa peine dans la communauté

Dès qu’un jeune âgé de 12 à 17 ans est arrêté, l’organisme MAVN reçoit son dossier et informe les victimes qu’un adolescent a été arrêté dans leur dossier. « On leur demande s’ils souhaitent rencontrer le jeune. La victime n’a pas de pouvoir décisionnel, mais elle peut nous exprimer ses souhaits », précise Stephanie Bergeron.

La loi de la justice pénale pour les adolescents prévoit trois mesures réparatrices : la réparation envers la victime, la réparation envers la communauté et le développement des habiletés sociales. Dans le cas de Willyam, la réparation a été réalisée dans la communauté et envers une victime.

« Les travaux communautaires m’ont appris beaucoup de choses, explique le garçon qui a fait du bénévolat au sein du centre de la Famille et de l’organisme Pause parent. J’assume ce que j’ai fait, mais aujourd’hui, j’ai beaucoup d’empathie pour les gens à qui j’ai volé. »

L’an dernier, 140 adolescents provenant de la MRC Rivière-du-Nord ont reçu les services de MAVN, dont 92 Jérômiens.

Catégories du billet: Nouvelles, Partenaires, Reconnaissances